Bécassine....

par Thierry Weber  -  28 Septembre 2006, 06:57  -  #Délires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
A
Répondre
S
à cette Bécassine là .. je préfère celle-ci :
Un champ de blé prenait racineSous la coiffe de Bécassine,Ceux qui cherchaient la toison d'orAilleurs avaient bigrement tort.Tous les seigneurs du voisinage,Les gros bonnets, grands personnages,Rêvaient de joindre à leur blasonUne boucle de sa toison.Un champ de blé prenait racineSous la coiffe de Bécassine.C'est une espèce de robin,N'ayant pas l'ombre d'un lopin,Qu'elle laissa pendre, vainqueur,Au bout de ses accroche-cœurs.C'est une sorte de manant,Un amoureux du tout-venantQui pourra chanter la chansonDes blés d'or en toute saisonEt jusqu'à l'heure du trépas,Si le diable s'en mêle pas.Au fond des yeux de BécassineDeux pervenches prenaient racine,Si belles que SémiramisNe s'en est jamais bien remis'.Et les grands noms à majuscules,Les Cupidons à particulesAuraient cédé tous leurs acquêtsEn échange de ce bouquet.Au fond des yeux de BécassineDeux pervenches prenaient racine.C'est une espèce de gredin,N'ayant pas l'ombre d'un jardin,Un soupirant de rien du toutQui lui fit faire les yeux doux.C'est une sorte de manant,Un amoureux du tout-venantQui pourra chanter la chansonDes fleurs bleu's en toute saisonEt jusqu'à l'heure du trépas,Si le diable s'en mêle pas.A sa bouche, deux belles guignes,Deux cerises tout à fait dignes,Tout à fait dignes du panierDe madame de Sévigné.Les hobereaux, les gentillâtres,Tombés tous fous d'elle, idolâtres,Auraient bien mis leur bourse à platPour s'offrir ces deux guignes-là,Tout à fait dignes du panierDe madame de Sévigné.C'est une espèce d'étranger,N'ayant pas l'ombre d'un verger,Qui fit s'ouvrir, qui étrennaSes joli's lèvres incarnat.C'est une sorte de manant,Un amoureux du tout-venantQui pourra chanter la chansonDu temps des ceris's en tout' saisonEt jusqu'à l'heure du trépas,Si le diable s'en mêle pas.

salut l'ami Georges ...

Répondre